novembre 2012 ~ oups ...

Publié le par Marie

 

Le léonberg visiteur doit toujours être distingué... 

... surtout à l'apéro, lorsqu'il mange son bretzel. Tout de même.

Les cahouètes : plus le droit. Fini qu'ils ont dit. Parce que si une cacahuète passe par le trou du dimanche on va être obligé de secouer le léonberg-visiteur par les pieds. Depuis qu'il a franchi le cap fatidique des 70 kg, on a décidé que non. A l'apéro ce sera désormais : bretzel. Puis l'Alsace n'est pas si loin...   

 

 

DSCF8069 

 

 

test choupa

Pour le coup : chuis en retard, vraiment en retard. Mais bon, j'ai une bonne excuse.

Puis maintenant, chais plus comment ni par où ni comment commencer. Ca risque d'être un peu en vrac mon affaire... Mais bon, je me lance. 

 

Tout d'abord : séquence désillusion. Voilà, moi qui pensais qu'on pouvait obtenir beaucoup grâce à l'intervention de bons gros toutous, ben, là, je dois bien avouer que je me suis plantée.

Pour ceux qui arrivent à suivre (...) je vous ai déjà parlé de Hugo. Et bien, nous avons continué à le voir, sur des temps très très courts, ... de plus en plus courts... mais nous venons d'interrompre les séances, car les résultats ne sont pas bons du tout.

Je pense que je n'ai pas réussi à comprendre son fonctionnement avec suffisament de finesse pour lui apporter un mieux-être. Au bout de plusieurs séances, Hugo continue à être terriblement angoissé et cette angoisse se manifeste par de longs hurlements et autres brutalités. 

Et mon Ernest, les hurlements : ça le stresse. Et s'il est stressé, il ne peut pas travailler. Et moi, ben, je ne veux pas lui imposer ça, parce qu'il ne le mérite pas mon Bichou et du coup : après une réunion syndicale, nous avons décidé d'arrêter les séances avec Hugo.

Voilà, nous avons essayé, ça n'a pas marché, néanmoins j'aurais beaucoup appris de cette expérience.

 

Par contre, avec Thomas, comment dire... ? Avec Thomas nous avons franchi une étape supplémentaire. Les séances sont devenues d'une fluidité extraordinaire. Les stéréotypies s'estompent, les échanges se multiplient avec aisance, facilité. Les câlins viennent avec naturel et spontanéité...

 

DSC06104 

 

  DSC06934

 

Les regards ne fuyent plus, mais sont soutenus...

 

DSC06356

 

 

et les jeux continuent...

 

DSC06836

 

 

DSC06338

 

et tout dernier progrès : Thomas et Ernest ont enfin commencé à joué à autre chose qu'avec le piteux bonhomme en ficelle. Mais, là, pour le coup, pas de photos, zut !

 

 

Entre Thomas et Anaïs, mon Ernest doit se relaxer.... Heureusement que Grégoire, l'éducateur veille à son bien-être...

 

DSC06181

 

 

Et puis, il y a Anaïs aussi. Avec Grégoire, nous avons décidé de faire nos séances à l'extérieur. Elle y est plus tonique, plus attentive et beaucoup plus présente dans l'échange.

 

DSC06844       

Et on y  va à fond ! Elle s'amuse beaucoup à l'extérieur alors il est plus facile d'en profiter pour la stimuler.   

 

DSC06851    DSC06856

 

Et puis j'aimerais aussi vous parler de notre travail à l'EHPAD.... Que de beaux moments on partage avec nos résidents et Athos et Ernest.

Oui, parce que Môssier Athos, la maison de retraite, ben, il participe. Il aime bien les papis et les mamies qui ont toujours deux trois câlins dans les poches, ou des gâteaux dans les tiroirs... 

 

Je ne peux pas vous montrer encore les photos, pourtant j'en ai des belles ! Ca viendra, il faut que tout soit en ordre au niveau des autorisations et du droit à l'image. J'ai plein d'anecdoctes savoureuses avec nos résidents. La première qui me vient à l'esprit, c'est Mme B, 95 ans, 50 kilos qui accepte de sortir de sa chambre pour ballader les toutous. Mardi, elle m'a dit : "on y va, et s'ils sont fatigués, je les porterai !". Et puis, il y a aussi M. M, qui quand il se promène avec eux, les regarde tendrement en disant "alors, les gosses, vous êtes contents ?Aujourd'hui, Papa vous promène !" et puis il y a M. L. qui veut absolument les "dresser à l'attaque" et qui du coup se replange dans les bouquins d'éducation canine... (il en est au tome numéro 6, et les résultats ne sont pas à la hauteur de ses efforts...) 

Et puis, une partie de mon job consiste à travailler avec Nicolas le kiné. Quand il n'arrive plus à faire faire un mouvement à un résident, il m'en parle et m'explique la "mécanique". Moi, je traduis ça en langage chien et avec Athos et Ernest, nous arrivons à débloquer certains blocages, en toute discrétion souvent par le biais du jeu ou grâce à ce fort attachement qui nous lie. Alors, invariablement, j'entends Nicolas, en retrait dans un coin de la salle, qui dit "Ben ça alors, rhooo la la, j'vous kiffe grave vous trois !" "Plait-il Nicolas ?".

 

Voilà, un grand bonheur de travailler dans ces conditions-là et avec des collègues de boulot aussi merveilleux que mes grands et gros poilus. C'est aussi pour cela que j'ai bien du mal à prendre le temps pour tenir mon journal à jour... 

La semaine prochaine, la télé sera avec nous, et cette fin de semaine, ce sont des journalistes pour la presse écrite ! Ah ah, impressionnés hein ?

 

A bientôt, promis !

     

 

 

 

 

  

 

 

 

Ici, le site de la cultissime, fantastique, génialissime, que dis-je ? La meilleure association du monde ...logo1

 

 

Publié dans septembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cadix 04/11/2012 20:57


On ne peut pas réussir tout le temps Marie ! Malheureusement, devant cette p....n de maladie, on reste parfois impuissant. Bravo en tous les cas pour le travail de toute l'équipe avec Thomas et
Anaïs.


De mon côté, j'avance doucement avec ma pestouille, très craintive. Je l'habitue aux fauteuils roulants, aux cannes. Elle vient maintenant régulièrement avec nous (conduite par
Pierre). Certains chefs d'établissement, avec qui j'ai sympathisé, m'autorisent à la prendre avec nous, le temps de la visite. En fait elle ne fait qu'observer, se fait caresser un
peu Je t'interrogerai pour savoir si tu fais des formations entre mai et octobre. Je suis surprise que les établissements t'autorisent à prendre des photos, ici, que ce soit hôpital ou
maison de retraite, ils ne veulent absolument pas que les résidents figurent. C'est une de leur exigence, et pourtant ce sont toutes des structures très différentes.


Pour le pauvre monsieur, je crois qu'il aura du mal à dresser Athos à l'attaque !


Gros bisous Marie, à bientôt. FRANCOISE

Marie 07/11/2012 11:01



Merci Françoise !


Une pestouille craintive : c'est fou ça, pourtant Cadix devrait la dérider un peu... C'est bien d'y aller doucement, tu as raison.


Au sujet des formations, ça serait mi mars et la suivante en octobre 2013 (les dates ne sont pas tout à fait arrêtées). Si tu es intéressée, fais vite signe...



les passions de moune 17 01/11/2012 22:17


Ravie de te retrouver Marie avec tes nounours


C'est toujours avec émotion que je lis tes articles


Avec Hugo il y a quand même eu de beaux échanges ,c'était une expérience .


Bonne soirée


Distribution générale de caresses aux poilus

Marie 01/11/2012 23:57



Coucou,


et moi aussi, ravai de te lire ici ! Oh les caresses, ils n'en manquent pas !



fofy 01/11/2012 21:59


J'attendais avec impatience la suite de vos exploits narrés avec tant d'humour!


Dommage que les gros poilus ne parlent pas :ils vous diraient peut-être qu'avec Hugo ils ont partagés des secrets ...


C'est formidable ce que vivent les résidents avec les gros poilus.


J'ai vécu aussi des situations identiques en visite avec mes petits poilus auprès des séniors déments ou atteints d'alzheimer.


Une dame ne communiquant plus du tout par la parole a dit à mon cavalier king charles :"Il est beau". Je n'ai pas ommis de le signaler au médecin de la résidence tellement j'étais surprise.


Surveillez bien les pattes des gros poilus : avec la presse et la télé leurs chevilles vont gonfler !!!  


 

Marie 01/11/2012 23:58



Bonsoir,


c'est vrai : ils ont peut-être leur secret bien à eux auxquels on ne comprend pas grand chose. En tous les cas, c'est vrai que ce sont toujours de beaux moments à vivre.



nina gus jo 01/11/2012 15:06


quel plaisir que de lire ce nouvel épisode. Je suis pareille, acro à ce blog des experts. Mais je ne vois rien au sujet du lapin? va t'il bien, est-il au repos? Athos et Ernest assurent, eux,
mais il faut dire que leur maîtresse veille au grain. Par là, je veux dire que c'est bien de ne pas les envoyer au front sans protection. Hugo semble avoir vraiment tant de difficultés, on
ne s'imagine pas ce que vous devez rencontrer, mais heureusement, Anaïs et Thomas sont très actifs, et cela grâce à votre engagment, Félicitations pour les interviews et la télé,, vous en jetez,
la fine équipe!

Marie 01/11/2012 23:59



Coucou,


ça oui : ils en jettent les gros lorsqu'ils sont au boulot !



Françoise 31/10/2012 23:15


Ben oui ! quand on commence à suivre ton blog, on est scotché et on reçoit avec plaisir l'annonce d'un nouvel épisode ... Et c'est chaque fois à la fois émouvant et rigolo !


Pour Hugo, c'est vrai que ça ne marche pas à tous les coups ! On est obligé d'abandonner la croyance aux miracles ou à la panacée, mais plein de petits miracles tous simples, c'est déjà énorme !


Hugo n'est pas réceptif, pour le moment. Dans sa tête pleine de nuages, qu'y a-t-il ? son angoisse est forte, mais on lui souhaite tous qu'elle s'apaise ...


Marie, tu exprimes aussi quelque chose d'essentiel : préservez nos amis poilus ... qui dira leur stress à ne pas réussir à apaiser l'angoisse qu'ils ressentent ? si ce n'est nous, leurs maîtres !
Nos poilus ne sont pas des sur-chiens bioniques, mais de modestes héros tout simplement chiens à qui nous devons les petits miracles si fréquents et à qui nous devons bien de les protéger et les
bichonner au moins autant que n'importe quel toutou, avec amour !


 


 


 

Marie 02/11/2012 00:00



Oui, l'épisode "Hugo" sert aussi à démystifier le rôle de nos toutous ! Bien entendu, il faut les ménager nos toutous, sinon ...